Blog de la classe de neige 2016

ven.

26

janv.

2018

Au revoir La Chapelle !

En ce dernier jour à La Chapelle d'Abondance, les élèves ont pris la direction du musée du fromage Abondance, pour une visite riche en informations et découvertes sur ce joli bout de Haute-Savoie. La visite a débuté par un rappel sur les deux versants (adret et ubac), leur végétation, les animaux y résidant et l’action de l’homme sur ces versants et notamment l’adret. Une maquette du Val d’Abondance nous a ensuite permis de bien nous représenter ce territoire, son relief, le lit de la Dranse d’Abondance, ses communes et sa frontière avec la Suisse. S’en est suivie une description en détail de la race d’abondance, la vache à l’origine du fromage du même nom. Un détail anatomique nous a frappé: cette vache ‘’porte’’ des lunettes, deux ronds de couleur autour des yeux, en guise de protection contre les infections. Après l’observation d’une reconstitution de l’intérieur d’un chalet du début du XIXème siècle, la présentation des différentes étapes de la confection du fromage abondance et le passage devant une salle d’affinage pouvant contenir 3000 fromages, nous avons terminé ce temps par une dégustation du fromage que notre guide nous a proposé d'évaluer, tels des guides culinaires.

Au retour à l'hébergement, les élèves se sont rassemblés dans une des deux salles de classe afin d'écouter la très attendue lecture des commentaires du blog. Vos messages ont durant près de 40 minutes été transmis à leurs destinataires. Du baume au cœur avant les retrouvailles ! 

En début d'après-midi, autre moment très attendu: l'achat de souvenirs. Direction la boutique Rappes Sports dans laquelle le bon goût et le kitsch se côtoient allègrement pour pouvoir satisfaire tous les goûts. Le plus dur restant de faire son choix, et le encore plus dur restant de ne pas dépasser le budget alloué par les 20€ d'argent de poche. Tous les élèves ont relevé avec brio l'exercice, même si les professeurs étaient parfois un bon appuis pour réussir cet exercice de calcul mental. Même ceux qui ne lèvent jamais le doigt en classe ont bizarrement su participer aujourd'hui...  

''Hey Hervé, j'ai pris un carnet avec un lynx pour papa car il adore les lynx !''

''Ah, ben moi, Léna j'ai pris la même chose, c'est rigolo, mais pas pour mon père, pour mon fils; il n'y a pas d'âge pour aimer les lynx...''

PS: merci de feindre la surprise Rénald...

Après un retour à l'hébergement par les chemins enneigés, les élèves ont à nouveau gagné l'une des salles des classes pour jouer à un quiz, concocté en équipes, par leurs soins. Enjeu pour les vainqueurs: plein de bonbons parmi ceux restant à partager et pour les perdants, plein de bonbons... Pas de jaloux. À la montagne, tout le monde gagne !

Enfin, pour finir en apothéose, la remise des insignes a eu lieu à 17h30.

Au palmarès 2018:

- 1 ourson;

- 22 flocons;

- 2 1ères étoiles;

- 2 2èmes étoiles;

- 4 3èmes étoiles;

- 1 2nd degré (Marina).

Bravo à tous !

Après cette belle cérémonie, nous avons traîné au magnifique apéro organisé par les accompagnateurs (#saucisson+fromage+blancdesavoie) puis nous avons sauté dans le car à 19h30.

 

Samedi, les quelques élèves réveillés à 5h00 ont dit au revoir à notre chauffeur JR, qui a passé le relais à Arnaud à la hauteur de Tours. Tout le monde a émergé tranquillement jusqu'au petit-déjeuner pris à Pontchâteau, peu après Nantes, à 8h15. À en juger les mines fatiguées, vos enfants (et vos femmes ou vos maris accompagnateurs) devraient bien dormir ce week-end ;)

Nous avons repris la route à 9h00 et évaluons notre arrivée à Plomodiern peu avant midi. Et pour l'instant, du côté est de la Bretagne, il fait beau...

FIN

##############################################################

J'en profite pour vous adresser à nouveau mes remerciements (associé à Marina et Anny) pour votre participation active à ce blog par vos commentaires, qui nous ont permis d'entretenir un lien fort tout au long du séjour.

Nous sommes touchés par les nombreux témoignages de sympathie reçus et sommes heureux que vous ayez pris, en lisant quotidiennement ces pages, le même plaisir que nous, nous avons eu à vivre cette belle aventure avec vos enfants pendant 8 jours.

 

Merci Anny, pour le lourd travail de photos, pour ton aide à la réalisation de ce blog, pour ton imaginaire débordant qui associé à tes compétences sur ''Photoshop'' a permis de nombreux fous rires le soir.

 

Merci Yannick pour la qualité de ton accompagnement. Les élèves ont toujours le sourire à ton contact. Merci également de tolérer nos (mes) bêtises sur le blog ;)

 

Nous avons félicité ce matin vos enfants, à l'approche de Plomodiern, pour leur comportement très agréable durant tout le séjour. Je pense important de le faire à nouveau sur ce blog.

Bravo les enfants !

 

Nous adressons aussi personnellement nos remerciements à l'APEL (et plus largement à tous les parents d'élèves), qui par son dynamisme permet de monter un tel projet tous les deux ans.

 

Enfin, ils le savent, nos huit parents accompagnateurs, par leur efficacité, leur disponibilité permanente et leur bonne humeur constante ont fait que ce séjour a si bien fonctionné dans l'intendance, mais aussi dans la qualité de son ambiance. Je regrette que nos passages le soir dans votre ''salle de réunion'' furent trop éphémères, car à chaque fois nous faisions le plein de rires.

Merci Albert pour ta présence rassurante auprès de nos élèves.

Merci grandement à vous tous.

 

Merci à la Costa Nuova et la famille Cruz pour cet accueil 5 étoiles.

 

Merci aux transports Feillant et ses chauffeurs, JR et Arnaud, pour la qualité de la prestation fournie, et notamment les coups de main ponctuels de JR auprès du groupe durant le séjour.

 

Nous n'oublions pas nos collègues, Marie-France, Lydia, Marie-Claude et Delphine, qui ont donné du sens à ce projet auprès de leurs élèves, en les faisant suivre quotidiennement nos aventures.

 

Enfin, je conclus le blog comme je l'avais entamé, en adressant mes pensées à Josée.

 

 

Bon week-end à toutes et tous. Hervé

8 commentaires

jeu.

25

janv.

2018

Plus vite, plus haut, plus fort

Comme hier, les élèves étaient attendus à 8h40, non pas dans le car de JR, mais dans une des navettes de la vallée, spécialement affrétée pour se rendre sur le domaine de Breitaz (sur l'adret) afin de découvrir de nouvelles pistes, et donc de nouvelles sensations. La principale fut déjà de grimper dans les télécabines.

Une fois nos œufs déposés sans casse, à la différence des élèves un peu plus tard, ces derniers découvraient un paysage féerique, sous un grand ciel bleu. En effet Breitaz se trouve être le versant ensoleillé de la station. Quel bonheur de skier au soleil et non à l'ombre comme ces derniers jours !

Autres sensations pêle-mêle, le sommet du télésiège de Breitaz qui a permis aux élèves, après s'être relevés tellement son arrivée est rapide et périlleuse, de mettre le pied en Suisse et de pouvoir admirer le Mont-Blanc grâce au grand ciel bleu dégagé au-dessus de nos têtes


Au moment de quitter le domaine de Breitaz haut en couleurs, @nny a souhaité à nouveau immortaliser les élèves sous ce beau soleil...

En début d’après-midi, nous sommes allés visiter la fabrication de fromages de M. Mouthon. Voici, grâce aux informations distillés avec humour par notre hôte, et à ce que les enfants ont pu observer de sa réalisation en direct, leur compte-rendu quant aux étapes de fabrication du fromage abondance qui pour nous, c’est au menu tous les jours! M. Mouthon récupère le lait des vaches de race abondance (d’où le nom) à 38°. Il y ajoute, dans un chaudron, de la présure qui va accélérer le caillage. Après plusieurs opérations (tranche caillé, récupération du caillage avec l’étamine, dépose dans un moule de taille variable et passage sous le pressoir afin de donner sa forme et de la densité au fromage) et 100 jours d’affinage, son fromage est prêt à être consommé. Au terme de la visite, les petits ont pu déguster le fromage de M. Mouthon, et les adultes sa ''tisane froide''.

Il fallait néanmoins limiter les excès alimentaires car juste après la visite se profilait le seul moment stressant du séjour pour les élèves (hormis le coucher et tous les maux qu'il entraîne): l'examen de ski. De retour à Crêt Béni, où les élèves ont leurs repères, ceux-ci ont tout fait pour ne pas tomber de leurs skis, au risque de voir s'échapper le précieux insigne dont ils rêvent depuis quelques nuits, quelques jours, quelques semaines voire quelques mois pour certains.

Tout s'est bien déroulé, et c'est avec le sentiment du devoir accompli, et sans aucun regret quant à leur prestation mais plus quant aux fait de dire adieu aux pistes que les élèves ont ramassé tout leur matériel afin de le rapporter à l'hébergement. Verdict demain.

Un premier goût en somme de fin de séjour, confirmé par la préparation des valises et la rédaction des dernières cartes postales en fin d'après-midi.

Le soir, à la demande expresse de notre chauffeur JR, une raclette a été servie aux élèves. Lors de ce moment très convivial de nouveaux courriers ont été remis aux élèves, et tous ont souhaité faire un bisou à @nny à l'occasion de son 30ème anniversaire.


Le séjour touche à sa fin. Nous vous proposons de découvrir ici les différentes chambres, les tables du restaurant ainsi que les réactions des enfants à la réception de leurs courriers.

Demain: visite de la Maison du fromage, achat de souvenirs, promenade dans la station, lecture des commentaires du blog, remise des insignes et enfin départ vers Plomodiern vers 19h30... De quoi faire encore !

10 commentaires

mer.

24

janv.

2018

Quelque chose de la Suisse...

Le soleil a frappé à nouveau à nos portes ce matin à l’heure du réveil. Un réveil un peu plus rythmé que les autres matins lorsque nous nous rendons au petit-déjeuner en pyjama. JR nous avait prévenu hier soir à table: ‘’tout le monde dans le car à 8h40 !’’.

Ainsi, tout le monde s’est habillé ‘’normalement’’ à la tombée du lit (les combinaisons au repos aujourd’hui). Direction Thonon sur une route sans neige pour aller visiter l’Écomusée de la pêche, sous le son de feu Johnny Hallyday dont JR a décidé de ressortir les CD. Ah que bonjour l’ambiance !

Sur place, comme au musée de la Vieille Douane lundi, les CM1 ont fait équipe avec les 4 CE2 et CM2 de Loctudy et les CM2 avec les 7 CP et CE1, cadets du séjour.

Là, les groupes constitués, les élèves ont reçu un flot d’informations que seules nos notes permettent le souvenir. Le Léman a un périmètre de 162 km, il ne gèle jamais, sa profondeur au point le plus important est égale à la hauteur de la tour Eiffel, des oiseaux migrateurs tels que le milan noir ou les sternes y posent leurs valises, d’autres y résident à l’année (cygne, mouette rieuse, héron cendré, goéland…), les 23 espèces de poissons qui y vivent sont spécifiques à l’eau douce (comme le brochet, prédateur du lac, qui a 700 dents et peut mesurer jusqu’à 1,30 m), la fera est le poisson le plus pêché (75% des prises) mais n’est pas le seul poisson noble qu’on y pêche au grand dam des perches (15% des prises), de l’omble chevalier ou de la truite…Si vous souhaitez acheter au bord du Léman, vous saurez près de quoi vous mettrez les pieds comme cela. La visite fut terminée après que les élèves aient visité une guérite typique de pêcheurs dans laquelle ils ont pu tout d’abord faire connaissance avec l’écrevisse californienne, autre habitante du lac, puis mesurer dans un second temps l’évolution radicale du matériel de pêche en plusieurs décennies.

Sortis du musée, nous avons choisi d’avaler notre pique-nique devant ce Léman découvert durant plus d’une heure au sein des guérites.

Après ce sandwich partagé à moitié avec les mouettes (qui doivent accuser le coup ce soir comme un CM une nuit post- fondue savoyarde) nous avons embarqué sur un bateau de la Compagnie Genevoise de Navigation en direction de Lausanne.

Sans trop se le figurer, les élèves ont posé le pied à l’étranger, en Suisse, après avoir traversé un Léman d’huile. Nous avons rejoint le flamboyant Musée Olympique qui surplombe le lac.

Après une balade par le jardin du musée, nous avons pénétré dans l’enceinte pour participer à une visite '’coachée’’ d’1h30 qui nous a emmenés en Corée du Sud, à l’occasion des Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang 2018, nous permettant d’en savoir plus sur ce pays encore méconnu. Au cours de la visite des expositions, les élèves ont fait connaissance avec certains aspects de la culture coréenne. Ils se sont familiarisés également avec l’identité visuelle des JO de PyeongChang 2018, comme la torche, la mascotte ou les médailles. En atelier, qui permet de recentrer sur le discours des élèves, ceux-ci sont revenus sur l’universalité des cinq anneaux et la prise en compte de la diversité. Grâce à des modules interactifs, ils ont exploré ces notions avec des exemples tirés de leur quotidien parce que les JO sont plus que des compétitions sportives : ils sont universels et incarnent des valeurs d’excellence, d’amitié et de respect. Si l’édition des Jeux en Asie leur a permis d’appréhender une autre culture, le travail en atelier a aisé à explorer leur rapport à la différence de manière générale et dans leur vie de tous les jours.

Au terme de cette visite coachée, et après un goûter avalé autour de la flamme olympique, les enfants ont constitué des groupes de 4 et rejoint le parent de leur choix pour visiter l’exposition permanente du musée, riche en trésors olympiques (matériel, maillots, torches, médailles…) ainsi que pour se rendre dans la grande salle de jeu qui les avait fait saliver à la lecture du blog d’il y a 2 ans.

Nous avons repris le bateau en direction de Thonon à 18h30, après une partie de béret pour patienter sur l’embarcadère, puis sommes remontés jusqu’à l’hébergement au son de Johnny tout d’abord, puis après un ras-le-bol quasi général, au son des tubes des années 80, dans une ambiance proche du Ty Gwen, grâce à l’animation au micro de Yannick qui, épuisé à son arrivée à La Chapelle d’Abondance, a sauté sur le plat de tartiflette, ne laissant que des miettes aux gens de sa table.

Demain: ski sur l'adret le matin,visite de la fabrique de fromages de M. Mouthon et examen l'après-midi...

20 commentaires

mar.

23

janv.

2018

Here comes the sun !

 

Ce matin, 3ème jour de ski mais 4ème séance déjà.

Si la séance d'hier avait laissé les corps transis par le froid de la pluie de montagne, aujourd'hui c'est une toute autre atmosphère, ensoleillée et sans vent qui a permis aux désormais tous skieurs de se faire plaisir sur la neige.

Pour ne pas contrarier ce plaisir, quelques adultes de l'école se sont mis en retrait pour aller skier ensemble dans une humeur toute aussi joyeuse...

Tous ont retrouvé le sourire, et pour fêter cela, tous sont passés par le studio en plein air d'@nny pour un shooting dont le résultat sera à déposer sur la hotte de la cuisine ou au-dessus de la cheminée.

L'après-midi, comme hier, les ateliers cartes postales se sont déroulés en début et fin d'après-midi. Nous pouvons vous assurer qu'une très grosse majorité du courrier sera déposé à la poste de Thonon demain matin.

Pour s'aérer les méninges entre deux cartes, les élèves ont regagné le pied du Crêt Béni pour partir en sortie raquettes sur l'ubac.

En 3 groupes, les enfants ont, sans relâche, guetté la présence de daims, cerfs, chevreuils ou encore d'écureuils mais sans succès. A défaut, ils se sont passionnés pour l'histoire de la raquette, ont découvert la différence entre épicéa et sapin et les notions d'adret et d'ubac, mais ont aussi, simplement, profité du magnifique panorama offert par l'endroit sous un soleil trop discret jusqu'à présent.

Après avoir pris pas mal de hauteur, les élèves sont redescendus non pas par les chemins balisés mais par un toboggan naturel tracé dans une pente raide se terminant dans un champ recouvert de 80 cm de neige. Rigolade garantie !

Et maintenant, pour que vous puissiez profiter en partie de ce qui s'est offert à nos yeux cette après-midi, parcourez ces très belles photos prises pour la plupart par @nny et parfois annotées, et là, à chaque fois par elle, c'est certain...

Demain: visite de l'Écomusée de la pêche à Thonon, traversée du Leman et visite du musée Olympique de Lausanne (Suisse)

7 commentaires

lun.

22

janv.

2018

Dépaysement relatif

Les echos de la météo bretonne du week-end ont raisonné sur les parois du Mont de Grange depuis tôt dans la nuit. Ce sont de véritables cordes qui ont couvert le son des cloches de notre voisine la chapelle à 7h30, et qui ont mis la Dranse en transe.

Aussi, les conditions de ski offertes par la station se limitaient à quelques tire-fesses et télésièges ouverts. Rien de dérangeant pour nos débutants qui n'ont pas encore le niveau pour prendre plus d'altitude car le premier télésiège c'est déjà toute une aventure !

Plus handicapant pour le groupe des skieurs, qui en a donc profité pour perfectionner les bases, et notamment slaloms et virages en compagnie de Marina et de Yannick sur la minus piste verte du ''Bamby'' pour minus (bonjour les CE2, j'espère que vous êtes sages...)

Et les bases ça semble parfois si facile qu'on en oublie que tractée par le tire-fesses il faut tenir la perche Elise, au risque de partir en mission commando à travers la poudreuse pour rejoindre le groupe!

Et Yannick dans tout ça ? Ce n'est même plus marrant car une chute de Yannick cette année, pour sa deuxième expérience sur des skis, c'est aussi rare qu'un sourire sur le visage de Christine, la monitrice du groupe des CM1 débutants (''Je ne suis pas contente. Il y en a tout de même 6 qui sont tombés au tire-fesses Monsieur, alors que je leur ai dit de rester debout''...) Vu comme cela, en effet le ski c'est tout bête...

Monsieur l'éducateur sportif, après révision des bases s'est permis de descendre sa première piste rouge sans aucune embûche. Ne s'improvise pas champion qui veut...

...CECI N'EST PAS UN PHOTO-MONTAGE... CECI N'EST PAS UN PHOTO-MONTAGE... CECI N'EST PAS UN PHOTO-MONTAGE...

La matinée de ski s'est terminée par une course effrénée des deux groupes débutants, déjà à l'aise sur la piste des oursons, afin de rejoindre le bas des pistes à l'heure de la soupe.

Malheureusement, la pluie ne nous a quasiment pas quittés de la matinée, si bien que nous avons rejoint l'hébergement trempés comme des vaches d'Abondance. À l'heure où nous écrivons ces lignes les combinaisons sèchent toujours. Conséquence de tout cela, la visite de la station de Châtel au terme de la visite du musée de la Douane, qui devait consister à parcourir les rues à la recherche d'un bout de saucisson ou de fromage à déguster, a été purement et simplement annulée, remplacée par plus de temps de rédaction des cartes postales en début et fin d'après-midi.


 

Travail d'usine pour les CM1

Chez les CM2 les lettres destinées à Papy risquent d'arriver chez marraine

vu l'organisation de la table !


Entre ces deux moments de rédaction, les élèves ont visité en 2 groupes le musée de la Vieille Douane de Châtel: jeu de piste pour les CM1 et visite guidée pour les CM2.

Le centre d'interprétation aménagé dans l'ancien bureau des douanes de Châtel nous a invité à découvrir l'histoire de la contrebande dans les montagnes franco-suisses. Grâce à une exposition originale, nous avons suivi les aventures rocambolesques d'un binôme autrefois indissociable de la frontière : le douanier et le contrebandier qui, par attrait du gain ou du frisson, se livrait à ce commerce frauduleux.

En effet, convoitées par les randonneurs et skieurs au fil des saisons, les Portes du Soleil étaient autrefois le terrain d'action d'autres « sportifs »... A l'époque où tabac, sel, fromage ou café passaient clandestinement la frontière à travers les montagnes, contrebandiers et douaniers «gabelous» en embuscade se livraient à un véritable jeu du chat et de la souris. Grâce à une exposition haute en couleurs, ponctuée de savoureuses anecdotes, nous avons remonté le temps pour un voyage original dans l’histoire locale.

Un monde pittoresque et surprenant nous attendait ! Les enfants ont été guidés par Victor, un des derniers contrebandiers de Châtel. Un jeu de piste a été organisé pour les CM1. Les douaniers ont saisi le sac de Victor le contrebandier. Mais que contenait-il ? Munis de leur carnet de route, les jeunes enquêteurs sont partis à la recherche d'indices semés dans la Vieille Douane pour répondre aux énigmes. Ont-ils été plus malins que les « gabelous » ? Visiblement oui, car ils sont tous parvenus à découvrir le code qui leur a permis d'ouvrir le sac du contrebandier et de découvrir la marchandise s'y cachant.

Au terme de la visite, certains élèves ont indiqué à @nny une ressemblance certaine des personnages reconstituant une scène d'interrogatoire d'un contrebandier dans le poste du douanier avec les adultes qui les encadrent durant le séjour...

Une surprise est venue clore cette journée un peu spéciale pour Lise qui fêtait aujourd'hui son 11ème anniversaire, à la montagne: un énorme gâteau, dont nous avons eu les pires difficultés à arriver à bout tellement il était copieux ! 


Demain: ski le matin, sortie en raquettes et cartes postales l'après-midi.

11 commentaires

dim.

21

janv.

2018

Découvrons la montagne...

Premier réveil dans un paysage enneigé, mais pas sous la neige ! Après un petit-déjeuner où plusieurs se sont contentés de picorer (ils apprendront rapidement dans la matinée qu'il faut prendre des forces un jour de ski) c'est effectivement la pluie qui nous a suivis jusqu'au pied des pistes.

Là, nos trois moniteurs ont rassemblé leurs troupes: Christine et les CM1 débutants, Yoann et les CM2 débutants et enfin Benoît et les élèves ayant déjà skié.

Pour cette première séance, les débutants ont abandonné leurs bâtons pour se concentrer sur la technique du freinage. Mais pour apprendre, il faut partir d'un point haut, que vos petits ont rejoint à l'aide du téléski (ou tire-fesses, c'est plus imagé...) Hihi ! Aïe !



Le groupe des skieurs (ou "ayant déjà skié") a lui pris plus d'altitude à l'aide du télésiège et a pu admirer la vallée où nous résidons à travers les flocons bien présents en altitude et pu retrouver les sensations de la glisse et de la descente déjà découvertes en famille.

Aujourd'hui, et pour la première fois en classe de neige, étaient prévues 2 séances de ski entrecoupées d'un pique-nique. Celui-ci ne pouvant se faire sous la pluie, nous avons sauté dans une navette qui parcourt la vallée d'Abondance et ses stations, et qui nous a reconduis tout droit à la Costa Nuova pour cet en-cas salvateur, et pas seulement pour les passereaux du matin.

Yannick, terrassé par la faim après avoir couru toute la matinée après ses bâtons dans la poudreuse, et qui n'a, c'est surprenant, jamais fait de pique-nique de sa vie, était comme un enfant devant ses paquets de Noël !

Le temps pour certains de troquer les combinaisons humides du matin contre une nouvelle toute aussi flashie, et nous reprenions la route des pistes pour confirmer l'essai matinal. Les quelques appréhensions et volontés d'abandon des premières heures de la journée ont laissé la place aux sourires, aux premières sensations d'équilibre et de vitesse en ce début d'après-midi.

Essai transformé cette après-midi et grande hâte pour tous d'enchaîner demain, de manière plus raisonnable (2h00 de ski demain matin, contre 3h30 aujourd'hui.)

Au retour des pistes, tout le monde a filé à la douche et s'est rhabillé en ''civil'' afin de rejoindre l'une des salles de classe pour l'indispensable ''jeu de la montagne'' animé par Patrick Guilhot. Créé de toutes pièces par ses soins, il a permis aux élèves, divisés en quatre équipes, de découvrir en détails la faune et la flore du milieu montagnard, celles-ci en fonction des différents étagements.

Pour ce faire, rien de plus ludique qu'un plateau de jeu, un dé dont certaines faces mettent simultanément au défi les quatre équipes, et des vignettes représentant les plantes, les arbres, les mammifères, les oiseaux... Chaque vignette vient se placer sur le plateau par-dessus une case définissant l'élément découvert. Au terme du jeu Patrick a proposé aux élèves de jouer à ''The Voice'' en identifiant les cris de différents animaux du milieu montagnard, diffusés par ses soins.

Une leçon de géographie, de vocabulaire et de culture générale en 3h00 qu'on ne voit pas défiler.

Le bon moment passé avec Patrick s'est prolongé après le repas, puisqu'il est resté sur place pour nous conter des histoires ayant pour trame l’environnement montagnard. C’est dans une ambiance feutrée où les bougies ont remplacé les néons de la salle de classe que Patrick nous a demandé de nous installer en compagne des copains de Loctudy. Le silence et l’attention des enfants durant près d’1h15 témoignent de la qualité de la prestation de notre invité.

Demain: ski, visite du musée de la vieille douane à Châtel et visite de cette station.

12 commentaires

sam.

20

janv.

2018

La neige !

Hier soir, un peu avant la pluie, les CM se sont donné rendez-vous sur le parking d'Intermarché pour vivre enfin ce que tout élève de l'école Notre Dame du Menez-Hom attend encore plus que le retour du Père Noël chaque 25 décembre: la classe de neige !!!

Conduits par leurs parents (certains anxieux pour leur aîné(e), quelques-uns habitués et donc peu inquiets pour leur cadet(te) et d'autres enfin aussi excités que leurs enfants car s'étant désignés volontaires pour accompagner la cuvée 2018), ils ont embarqué au sein du car lorsqu'une forte pluie leur a indiqué qu'ailleurs elle savait se transformer en neige...

Premier arrêt à Quimper vers 20h15 afin d'accueillir au sein du car les copains de Loctudy (11 élèves du CP au CM2 et leurs 2 accompagnatrices, dont leur enseignante et directrice Elodie Losq, qui travailla chez nous en 2012-13) et nous pouvions enfin nous lancer à destination de La Chapelle d'Abondance...

Ah ben non, quelqu'un manquait à l'appel, et pas n'importe qui: Yannick ! Arrivé sur l'aire de covoiturage au moment où les dernières demoiselles de Loctudy montaient à bord, il fit de même in extremis. Nous ne le connaissons que trop pour savoir qu'il n'aurait aimé rater pour rien au monde cette bulle d'air pur et vivifiant que seule la montagne sait offrir... Bien joué Yannick !

Après un pique-nique avalé sur l'aire de Marzan, et quelques kilomètres de ''loup'' entre élèves afin de bien se fatiguer, nous avons repris la route devant un film (''Le dîner de cons'') qui rien qu'à son titre a déjà rendu hilare la moitié du car. L'autre moitié choisit, elle, trop impatiente de voir la neige, de se dire ''en dormant ça passera plus vite''. Et pour dormir, chacun sa méthode !

Au réveil, nous avons partagé le petit-déjeuner à Jasseron.

Puis nous avons repris la route pour 3 ultimes heures, dont la dernière concernait la montée de Thonon à La Chapelle d'Abondance. Notre destination finale fut atteinte à 12h45.

A peine le temps de garer le car que Madame Cruz, de la Costa Nuova nous montrait la direction du restaurant pour un premier repas en forme de prise de repères.

 

Le repas terminé, l'après-midi a filé à un rythme endiablé.

Installation dans les chambres tout d'abord au 2ème étage dans l'aile sans ascenseur. Courageux furent les papas qui montèrent toutes les valises, y compris celles de Loctudy, dont les élèves sont logés au 4ème étage, puis qui partirent à la recherche de certaines de nos valises arrivées chez Loctudy, puis qui leur rapportèrent certaines de leurs valises arrivées chez nous... le souk !

 

Puis il a fallu filé rapidement pour essayer et récupérer le matériel de ski au pied de l'hébergement.

Puis vint le moment tant attendu: ''jeux dans la neige''.

Les après-ski de Léna remplacés, puis le cadre du jeu posé, et la photo prise pour la presse par notre chère @nny, beaucoup se sont mis à l'assaut de Yannick, d'Hervé, de JR (notre chauffeur qui avait disparu) ou d'autres se sont mis en tête de faire la plus grosse boule de neige au monde impossible à faire rouler au final, car plus grosse boule de neige au monde, bein ouai... Mais si on n'a jamais joué dans la neige, on ne peut pas le savoir ça !

Beaucoup de plaisir, beaucoup de neige, quelques pleurs de mauvais joueurs mais vite requinqués, et pas mal de tirs sournois de la part des adultes (G... notamment).

Au terme de cette partie de plaisir, tout le monde à savouré la douche attendue depuis le matin, avant de se rendre au dîner lors duquel nous avons tiré les rois.

Pas de déçus sur la table des parents, grâce à l'ingénieuse idée de notre éducateur sportif plein de ressources de truffer chacune de leur part d'un morceau de cornichon en guise de fève. Une tradition plonévézienne (du Faou, entendons-nous), apparemment.

Nous adressons, avant d'aller nous coucher, nos pensées à Josée.

Bonne nuit et à demain, pour les premiers cours de ski (matin et après-midi !)

Demain: premiers cours de ski, jeu de la montagne et soirée contes avec M. Guilhot...

PS: notre hôte, madame Cruz nous a informés d'un coup de téléphone d'une maman (dont elle n'a pu nous donner l'identité), ''remontée'' selon elle de ne pas avoir eu de nos nouvelles plus tôt dans la journée. Les parents sur place témoigneront à tous ceux restés en Bretagne de la difficulté de trouver une minute dans l'emploi du temps des organisateurs pour pouvoir le faire, notamment un jour d'arrivée, sans parler des difficultés de connexion à internet, dont nous n'avons eu les identifiants qu'en fin d'après-midi. Nous avons, Hervé et Marina, appelé pour la première fois depuis le départ nos familles vers 21h15 ce soir...

Aussi je rappelle l'information qui a été transmise à toutes les familles pour nous joindre en cas de problème: nous transmettre un mail par le biais de ce site internet que nous recevons sur notre téléphone et auquel nous pouvons répondre dans un délai raisonnable.

Alors vous pouvez lire ici depuis plusieurs minutes, peut-être sans mesurer le temps que cela prend à ses rédacteurs, que tout va bien pour les élèves. Pour les organisateurs aussi. Merci.

Extrait des instructions du séjour, remises aux familles au terme de la réunion du 19 octobre dernier.

62 commentaires

lun.

29

févr.

2016

Le film du séjour

Le jeudi 25 février, à 18h, les élèves de CM ont invité leurs parents à venir assister à la projection du film de leur séjour en classe de neige.

Le film, assemblé par Hervé, est réalisé à partir des nombreuses photos du séjour, prises en grande partie par Anny, et des voix des élèves, qui ont enregistré leurs compte-rendus des différents temps forts du séjour peu avant les vacances d'hiver.

Retrouvez le film d'une durée de 48 min, en vous rendant sur la page Facebook de l'école (à la date du 29 février 2016).

1 commentaires

sam.

23

janv.

2016

Tombe la... pluie

Hier soir, nous sommes partis de La Chapelle d'Abondance à 19h40 après avoir avalé un plat de spaghetti bolognaise.

La descente vers Thonon s'est déroulée sans trop de ''dégâts''. Certaines se sont très vite endormies, quand d'autres ont préféré se concentrer sur le film La guerre des boutons. Pour les parents, le voyage en car était l'occasion de battre une dernière fois les cartes ensemble.

Peu de bruit dans le car durant la nuit, où tout le monde a très bien dormi, jusqu'à l'arrivée à Pont-Château (44) pour le petit-déjeuner à 8h20.

Le petit-déjeuner avalé, il ne restait plus qu'à traverser la Bretagne d'est en ouest pour gagner Plomodiern.

Hervé et Marina ont félicité les enfants pour leur comportement agréable durant le séjour. Ils ont également remercié les parents pour leur participation aussi active qu'agréable durant le séjour. Hervé a remercié particulièrement Dr Albert pour son aide précieuse auprès des rares enfants malades durant le séjour pour qui il fut autant un appui rassurant que pour les enseignants.

Anny a également pris la parole, promettant une belle surprise aux élèves dans les prochaines semaines... A suivre.

Enfin la parole a été donnée à Sébastien Kernéïs, président APEL, qui a félicité d'abord les élèves pour la vente des calendriers, nécessaire au financement du séjour. Puis il a salué l'investissement de tous les parents, présents mais également restés à Plomodiern, qui ont participé d'une façon ou d'une autre aux manifestations de l'association ces deux dernières années, rappelant que le financement du projet classe de neige nécessite cette durée.

Avant de déposé Yannick à Quimper, notre éducateur féru de tout, celui-ci a proposé un dernier chant humoristique à la demande générale.

Enfin, à l'approche de Plomodiern, les adultes ont épinglé les médailles aux blousons de l'ensemble des skieurs, pour qu'ils puissent descendre du car en héros.

 

FIN

##############################################################

J'en profite pour vous adresser à nouveau mes remerciements (associé à Marina et Anny) pour votre participation active à ce blog par vos commentaires, qui nous ont permis d'entretenir un lien fort tout au long du séjour.

Nous sommes touchés par les nombreux témoignages de sympathie reçus et sommes heureux que vous ayez pris, en lisant quotidiennement ces pages, le même plaisir que nous, nous avons eu à vivre cette belle aventure avec vos enfants pendant 10 jours.

 

Merci Anny, pour le lourd travail de photos, pour ton aide à la réalisation de ce blog, pour ton imaginaire débordant qui associé à tes compétences sur ''Photoshop'' a permis de nombreux fous rires le soir.

 

Merci Yannick pour la qualité de ton accompagnement. Les élèves ont toujours le sourire à ton contact. Merci également de tolérer nos (mes) bêtises sur le blog ;)

 

Nous avons félicité ce matin vos enfants, à l'approche de Plomodiern, pour leur comportement très agréable durant tout le séjour. Je pense important de le faire à nouveau sur ce blog.

Bravo les enfants !

 

Nous adressons aussi personnellement nos remerciements à l'APEL (et plus largement à tous les parents d'élèves), qui par son dynamisme permet de monter un tel projet tous les deux ans.

 

Enfin, ils le savent, nos huit parents accompagnateurs (et Nolwenn au début du séjour), par leur efficacité, leur disponibilité permanente et leur bonne humeur constante ont fait que ce séjour a si bien fonctionné dans l'intendance, mais aussi dans la qualité de son ambiance. Je regrette que nos passages le soir dans votre ''salle de réunion'' furent trop éphémères, car à chaque fois nous faisions le plein de rires (tout le monde est au clair sur les règles du Jungle Speed ? ...)

Merci Albert pour ta présence rassurante auprès de nos élèves que la montagne, ou plutôt la vie en collectivité, a parfois rendus fragiles.

Merci grandement à vous tous.

Nous avons une pensée amicale pour Christophe qui n'a malheureusement pas pu nous accompagner à la dernière minute. Deux autres occasions se présenteront pour lui, dans 4 ans avec Achille ou dans... plus longtemps avec Marguerite !

 

Merci à la Costa Nuova et la famille Cruz pour cet accueil 5 étoiles et les rires lors du service (mention spéciale au pichet de grenadine !). Très bonne initiative que d'avoir installé un ascenseur !

 

Merci aux transports Feillant et ses chauffeurs, JR, Thierry et Rolland, pour la qualité de la prestation fournie, et notamment les coups de main ponctuels de JR auprès du groupe durant le séjour.

 

Nous n'oublions pas nos collègues, Marie-France, Lydia, Marie-Claude, Geneviève et Marie, qui ont donné du sens à ce projet auprès de leurs élèves, en les faisant suivre quotidiennement nos aventures.

 

Enfin, je conclus le blog comme je l'avais entamé, en adressant mes pensées à Josée, qui ne nous a jamais vraiment quittés durant le séjour. Elle était un repère à de nombreux moments. Elle porte une part importante dans la réussite du séjour.

 

 

Bon week-end à toutes et tous. Hervé

15 commentaires

ven.

22

janv.

2016

''C'est tellement beau qu'on se croirait dans un livre !''

Mélange d'impatience et de nostalgie au réveil. Impatience de retrouver les siens dans un peu plus de 24 heures et nostalgie de quitter la neige que nous ne reverrons pas de si tôt.

Pour que tout se passe dans l'apaisement, les élèves ont pu, exceptionnellement, descendre prendre leur petit-déjeuner en pyjama. Peut-être un avant-goût de ce qu'il pourront faire à la maison dimanche matin, le bruit de 31 voisins affamés en moins.

La matinée rythmée s’est poursuivie par le déménagement des chambres: retirer les draps, ranger son pyjama dans la valise, s’habiller chaudement, ‘’j’ai trouvé une chaussette’’, ‘’c’est aujourd’hui qu’on rentre ?’’…

Il n’était pas question de trainer car nous avions rendez-vous à 10h00 au magasin de souvenir, moment le plus réclamé du séjour !

Les parents ont accéléré le mouvement, chargé les valises dans l’ascenseur et tout stocké dans une de nos deux salles de classe.

Après une remontée de la station par les trottoirs, nous sommes arrivés au magasin ‘’Rappes Sports’’, caverne d’Ali Baba des souvenir en tous genres. En rangs d’oignons et plus attentifs que jamais les élèves ont écouté le montant qu’ils pouvaient dépenser (20€ d’argent de poche - nombre de cartes postales achetées x 0,25€ + 30% de bonus offerts par le magasin).

Et c’était parti pour la leçon de calcul mental grandeur nature. Presque tous ont su respecter le montant excepté un ou deux élèves: ‘’Ah non 31€ c’est trop, tu dois laisser des choses…’’

Le retour pour le repas de midi (1h20 passée dans le magasin !) s’est fait par les chemins enneigés découverts à notre arrivée il y a 8 jours. L’occasion d’une balade rafraichissante après la chaleur du magasin.

Après-midi: fin de la rédaction des cartes postales (les dernières sont parties peu avant le car), jeux en classe (quiz sur le séjour, p’tit bac, mimes) et dernière promenade dans la neige.

Mais tout ça ce sera à retrouver en images ce week-end car là on part manger (18h30) pour un départ vers 19h30.

##############################################################

### AJOUT DU SAMEDI 23 JANVIER - LES PHOTOS DE L'APRES-MIDI ###

##############################################################

Arrivée prévue à Plomodiern aux alentours de midi.

L’horaire sera posté sur la page Facebook de l’école dans la matinée (Ecole Notre Dame Menez-Hom)

 

Pourquoi ce titre aujourd’hui (‘’C’est tellement beau qu’on se croirait dans un livre’’) ? Lors de notre balade du premier jour dans la neige, Eloïse, émerveillée par tout ce qu’elle pouvait découvrir depuis son arrivée glissa cette phrase à Anny. C’était la promesse d’un séjour réussi.

6 commentaires

jeu.

21

janv.

2016

De vrai(e)s champion(ne)s

Inondés de soleil, les élèves ont pris la direction des pistes d'un pas décidé, avec un crochet par le car pour récupérer les skis laissés la veille dans les soutes au retour du domaine de Breitaz. Là les parents les ont aidés à s'équiper, avant de les laisser se concentrer au risque de communiquer leur stress, préférant partir skier entre eux (sur la photo ci-dessous, on voit un Sébastien stressé revenir les mains vides, avec rien dans les bras, des soutes du car pendant que devant lui un autre Sébastien plus serein porte le matériel de deux ou trois élèves).

Quelques derniers conseils des parents avant qu'ils ne partent de leur côté, quelques derniers réglages techniques aussi sur le télésiège et il ne s'agissait plus de faire marche arrière (compliqué sur des skis)...

L'épreuve s'est parfaitement déroulée pour tous, même si quelques gamelles pouvaient laisser penser certains que la médaille espérée le soir s'éloignait. Fort heureusement, la chute n'est qu'une parenthèse dans la prestation des élèves sur le skis aujourd'hui en comparaison à il y a une semaine. Peut-être oubliaient-ils déjà la citation glissée par Yannick au petit-déjeuner à tout le groupe (m'avouant à demi-mot être féru de philosophie): ''L'échec n'entache pas la sincérité de la tentative'' (Paul Auster) ?

Ce qui était demandé aux élèves, avec plus ou moins de technicité selon les niveaux était d'effectuer un slalom en prenant garde à exécuter les bon gestes pour tourner notamment.

Mission accomplie pour tous.

Au terme de ces deux dernières heures de ski du séjour, la tristesse de dire adieu à ses skis se mêlait à l’appréhension de savoir si nous allions retrouver nos animateurs le soir même, les bras remplis de médailles pour chacun d'entre nous.

L’après-midi, nous avons visité le musée du Val d’Abondance, qui résume la géographie, la faune, la flore, l’agriculture et le mode de vie d’autrefois dans la vallée où nous sommes installés. Nous avons évoqué les 6 villages de la vallée (Chevenoz, Vacheresse, Bonnevaux, Abondance, La Chapelle d’Abondance, Châtel) les versants (adret et ubac) mais ce qui nous a le plus intéressés ce sont la vache abondanciaire et les chalets d’alpages d’autrefois.

Cette première est surnommée la ‘’vache à lunettes et à chaussettes’’ (voir photo.) Elle a une robe acajou et le pied montagnard (le pied fendu pour mieux circuler sur les pentes.) La guide nous a expliqué la raison pour laquelle la vache buvait beaucoup plus d'eau en hiver qu'en été, contrairement à nous: le foin sec qu'elle mange en cette saison ne contient pas d'eau à la différence de l'herbe broutée dans les alpages où elle se rend aux beaux jours ! Les chalets d’autrefois, quant à eux, où les agriculteurs s’installaient aux mêmes beaux jours, étaient équipés de manière très sommaire: quelques objets en bois pour stocker le lait, fabriquer le fromage ou le beurre (que les normes d’hygiène ont mis au placard progressivement au cours du XXème siècle), une pièce pour loger les animaux et, à l’étage, le stock d’aliments (foin) pour ceux-ci.

Par la suite, les différentes cloches accrochées au cou des vaches à la période d'emmontagnement, ont été présentées, et leurs différents sons analysés. Certaines pèsent jusqu'à 10 kg !

Avant de nous en aller, (et après un petit film sur l’agriculture dans la vallée d’Abondance qui montrait en vidéo les étapes de fabrication du fromage Abondance, prolongement des explications de M. Mouthon) nous avons pu observer la cave d’affinage accolée au musée, où 14 producteurs de fromage Abondance de la vallée laissent leurs produits à l’affinage durant 100 jours.


De retour à l'hébergement, nous avons entamé la rédaction des dernières cartes postales, avant de monter prendre les douches afin d'être propre comme un sou neuf, et de mettre nos plus beaux habits pour la fin d'après-midi de gala qui nous attendait à 18h00 précises: la cérémonie de remise des médailles.

C'est à cette heure exacte qu'Hervé Marie et Joris firent leur entrée dans la salle de classe aménagée en palais des congrès dans lequel les parents peinaient à trouver les dernières places : Yannick me glissait alors à l'oreille ''l'exactitude est la politesse des rois''. Je lui répondais dans la foulée qu'il n'est pas besoin d'être féru de philosophie pour connaître celle-là.

Quelques derniers réglages de l'appareil photo d'Anny, rare photographe accréditée pour l’événement, et la cérémonie pouvait débuter.

Chaque élève a alors été appelé par son animateur pour se voir remettre la précieuse récompense de ses efforts d'une semaine sur les skis. Les oursons, flocons, premières, deuxièmes ou troisième (un seul élève) étoiles effaçaient les chutes, le froid, l'anxiété parfois nos ennemis durant l'apprentissage de ce sport si technique.

En ski, on apprend où l'on progresse lorsqu'on est enfant ou adulte. Félicitations à Riwan, unique troisième étoile de la promotion 2016, et à Marina qui a bien mérité sa récompense, attentive aux enseignements d'Hervé toute la semaine. Les élèves qui suivent nos aventures tous les matins à Plomodiern peuvent, à cette lecture, les applaudir aussi fort que nous à la cérémonie ! 

Ce temps magique s'est conclu par un apéritif où les adultes ont pu deviser sur les grands moments du séjour, et les plus jeunes comparer leurs médailles, en mangeant quelques gâteaux salés accompagnant ou un verre de champagne pour les plus grands, ou un jus d'orange pour les médaillés.


Qui dit apéritif dit repas: c'est autour d'une fondue savoyarde que les discussions se sont poursuivies. L'occasion de donner comme presque tous les soirs le courrier des familles. Celles et ceux qui se demandaient s'il allait finir par arriver, ont laissé couler quelques larmes de joie: regardez plutôt l'émotion de nos deux sœurs.

Néanmoins une obligation allait nous ramener rapidement les pieds sur terre: la nécessité après le repas de faire nos valises. Les consignes données à répéter, le plan tactique communiqué aux parents, et la mission ''recherche de chaussettes'' pouvait débuter...

A demain... Pour le départ vers Plomodiern...

8 commentaires

mer.

20

janv.

2016

La tête dans les nuages

Ce matin nous avons pris de la hauteur, nous rendant sur l'autre versant, où nous avons tenté de mettre en pratique les apprentissages du début de séjour.

Aujourd'hui pas de retard, même si les fleurs jetées à Yannick dans ce blog, qu'il a découvertes au saut du lit, ont eu l'effet négatif de lui faire oublier ses affaires à l'hébergement au moment du départ (qui au final étaient bien dans le car). Il avait avant tous les autres (voir plus loin) la tête dans les nuages.

Résultat: la bronca des élèves fut terrible à son retour les mains vides.

Arrivés au pied de Braitaz, nous nous sommes répartis en petits groupes afin que nous ne partions pas seuls à l'aventure en télécabines: chaque groupe avait son adulte accompagnateur.

Nous connaissions le tire-fesses, le télésiège, nous avons découvert un troisième moyen de ''locomotion'' permettant de gagner la cime des montagnes.

Vous n'avez pas encore fait connaissance avec les groupes de ski et leurs animateurs. Profitons du retour des séances de ski à l'emploi du temps pour vous les présenter.

A Braitaz, par beau temps, la beauté des paysages est décuplée. Il est même possible d'apercevoir le Mont Blanc par un ciel totalement dégagé.

Malheureusement pour nous, même si en fin de séance le soleil a tenté de percer, nous avons eu la tête dans les nuages, pour de vrai, toute la matinée.

Cela n'enlève rien à la beauté des paysages, juste un peu de lumière...

Les élèves ont redoublé d'attention car demain c'est le jour de l'examen de ski ! Ils devraient le réussir haut la main au regard de leur aisance sur les skis.

L’après-midi, nous sommes allés visiter l’abbaye d’Abondance. L’abbaye est composée d’un cloître, d’une église et d’un monastère. Nous avons parcouru ces trois parties de l’abbaye pendant plus d’une heure. La personne qui nous a fait la visite a proposé à certains de venir mimer une voûte gothique afin que nous puissions la différencier de la romane (l'architecture de l'église visitée comprend les deux mais majoritairement gothique toutefois). 


Yannick, féru d'édifices religieux (en plus de l'ornithologie) n'a pas hésité à faire le parallèle avec l'abbaye de Bonport que les CM1 visitèrent l'année dernière avec Geneviève.

Pour conclure cette visite, nous nous sommes affrontés en six équipes, accompagnées d'un parent ou de Yannick ou Anny, autour d’un jeu de l’oie, devant nous conduire à retrouver un ange dissimulé dans le cloître. Il fallait aller très vite, car le plateau de jeu ne comptait que 42 cases et les questions auxquelles nous devions répondre demandaient d’aller en chercher les réponses dans les différentes parties de cette abbaye.

C'est la chambre des faucons, encadrée par Gildas, qui a remporté la partie. Bravo les filles !

De retour au centre, nous avons repris la rédaction des cartes postales. Il faut dire que le courrier que nous recevons en masse est un bon moteur. Voici d'ailleurs la distribution de celui-ci lors du repas de ce soir, un repas par ailleurs très animé, fatigue aidant, chargé en rires et en chants? Yannick nous a d'ailleurs fait découvrir une nouvelle corde de son arc; l'éducateur s'est mué en animateur semble-t-il féru de chants incompréhensibles (en plus de l'ornithologie et des édifices religieux) à faire reprendre par les enfants...

La journée s’est conclue, avant le coucher, avec la lecture par Hervé des nombreux commentaires que vous laissez tous les soirs sur le blog. Les enfants se sont installés dans le couloir de l’étage, pour beaucoup avec celui qui les accompagne toutes les nuits depuis de nombreuses années.

C'est dans un silence d'abbaye, à défaut de cathédrale, entrecoupé de rires, que l'écoute s'est faite.

Ils ont ensuite gagné leurs chambres avec un grand sourire ou des larmes de joies aux yeux, rassurés par le fait qu'en Bretagne ou ailleurs beaucoup pensent à eux.

Il faut leur souhaiter que la nuit permettre d'évacuer le trop plein d'émotions car demain les attendent les épreuves de ski qui valideront leurs apprentissages du séjour. Il ne sera pas question d'avoir la tête dans les nuages. D'ailleurs, le soleil a promis son retour.

Bonne nuit...

A demain...

16 commentaires

mar.

19

janv.

2016

Réglés comme une montre... pas suisse

Fatigués par le rythme effréné de cette première moitié de séjour, les élèves se sont réveillés dans une forme peu olympique ce matin, malgré la promesse d’une journée dépaysante, la Suisse au programme. Il faut dire que nous avions avancé le réveil de 10 minutes...

 

Nous devions en effet sauter dans le car de JR à 8h30 précises. La parenthèse bleue vite refermée la neige nous a joué des tours, rendant la route jusqu’à Thonon difficile et les chaines nécessaires.


Arrivés à 10h00 à l’Ecomusée de la pêche (soit avec une demi-heure de retard), au bord du Léman, nous avons vite entamé la visite. Séparés en deux groupes, certains ont pu visionner un film dans une guérite puis se promener le long du Léman en observant les canards et les foulques chers à Yannick, féru d’ornithologie, qui y est allé de son cours magistral auprès des élèves -bluffant-). D’autres ont d’abord découvert l’évolution du métier de pêcheur puis sont partis observer la faune du lac soit auprès d’aquariums ou d’animaux empaillés.

Si le métier de pêcheur sur le Léman, comme ailleurs, impose le respect pour sa difficulté (‘’ils doivent se lever à 3 heures’’), la technique de reproduction, un peu moins: ‘’c’est dégoûtant quand les pêcheurs appuient sur le ventre de la femelle pour récupérer les œufs !’’

Chez les poissons, si le fera et la perche sont les plus péchés au sein du lac, c’est le brochet qui remporte le titre du poisson le plus impressionnant ou le plus terrifiant : ‘’il a plus de 700 dents, et il gobe les poissons; c’est comme moi quand je n’aime pas les aliments, comme les lentilles par exemple’’ (au menu vendredi et dimanche derniers par ailleurs…) nous a résumé Mathilde.

Nous avons conclu la visite en découvrant qu’il existe une frontière virtuelle sur le Léman, séparant la France et la Suisse (seulement 40% du lac appartient à la France.) Objectif était donné aux élèves de la voir au moment de la traversée à venir du lac (ha, ha…)

Le retard pris dès le matin allait nous poursuivre toute la journée. Victimes de nombreux feux rouges, des livreurs en fourgonnettes garés en double-file, nous arrivâmes à l’embarcadère d’Evian à 11h43, pour un départ à 11h45. Mission fut confiée à Yannick, le car garé, de filer à la vitesse d’Usain Bolt signaler au commandant du bateau que nous allions embarquer incessamment sous peu. Mission accomplie, nous pûmes monter à bord, dans la pagaille, certes, mais contents de prendre la direction de la Suisse que nous observions avec envie depuis les fenêtres du car nous conduisant de Thonon à Evian, par le bateau.


La traversée s’est déroulée calmement, dans un certain confort propre à la rigueur suisse. A peine le temps pour beaucoup de faire un saut aux toilettes (ceux du car étant fermés jusqu’au départ vers Plomodiern), de chercher la frontière virtuelle, que nous accostions déjà en terres helvètes, au port de Lausanne.

Nous avons pris le temps de pique-niquer, tranquillement, dans une salle mise à notre disposition par le centre socioculturel de Lausanne. Pour une fois, nous n’avions pas le regard coincé sur le chronomètre, et avons savouré le copieux sandwich mis à notre disposition par l’hébergement, avant de conclure notre repas avec un peu de fromage, une madeleine, une pomme et un Mars, rien que ça.

Après un peu de ménage assuré par les parents, nous avons pris le chemin du Musée Olympique, tout proche de la salle que nous quittions.

Nous y sommes arrivés à 14h00. Les visites guidées ne démarrant qu’à 15h00, les élèves ont pu, en petits groupes et accompagnés de parents, visiter l’exposition permanente après que nous ayons pris le temps d'observer sur la terrasse du musée le Léman et la France en arrière-plan.

Voici pêle-mêle quelques photos de ce que vous pouvez voir dans l'exposition permanente.

La visite guidée a commencé à l'heure annoncée. Elles se partageait en deux temps: un à l'étage des jeux antiques, l'autre au sein d'une ''salle de jeux''.

Les jeux antiques s'opposent aux jeux modernes (entamés en 1896). Les élèves ont noté qu'à l'époque, seuls les hommes participaient aux jeux d'Olympie, les femmes en étant exclues. Par ailleurs, ils concouraient nus ce qui n'a pas manqué de faire rigoler tout le monde ! Les compétitions, enfin, s'apparentaient à des épreuves qui existent toujours comme les sauts et les lancers. Par contre, les courses de char ont impressionné les élèves par leur dangerosité.

La deuxième partie offre aux enfants la possibilité de s'exercer à certains sports, presque ''comme à l'époque'': boxe, perche, disque... L'accent est mis sur le caractère rudimentaire du matériel de l'époque antique, mais également sur la dureté des oppositions: ainsi les boxeurs s'enroulaient un élastique autour des mains dans lequel ils pouvaient coincer du métal ou du bois !

Ce deuxième temps était l'occasion pour les élèves d'être également initiés aux recherches archéologiques, qui permettent de justifier toutes les connaissances dispensées par le musée quant à l'antiquité.

Enfin, les élèves ont été sensibilisés à la valeur d'une victoire olympique pour un athlète lorsqu'elle est mise en perspective avec son investissement et ses sacrifices dans sa discipline. Une sensibilisation qui se conclue par un cadeau sans nom au regard de la valeur de l'objet: la possibilité de toucher une vraie médaille d'or (celle des jeux d'Atlanta 1996).

En conclusion de cette visite que les amateurs de sport comme les amateurs de sciences ou d'histoire n'ont pas vu passer, un temps récréatif était proposé aux élèves à un étage appelé ''Games'' (Jeux) où les enfants pouvaient tester leur équilibre, leurs réflexes, leur adresse ou même de se détendre (important pour les professeurs) à l'écoute de conseils de relaxation diffusés par un casque audio... 

A 17h00, il était de remonter dans le car qui nous avait rejoints à Lausanne, pour un retour prévu à l'hébergement vers 18h45... En théorie. Les bouchons sont-ils une spécialité suisse comme le fromage ou le chocolat ? Toujours est-il que nous sommes arrivés à 20h10 à l'hébergement !

Décidément, s'il avait fallu être compétitifs aujourd'hui, le chronomètre n'aurait pas été notre ami !

Bravo à Yannick toutefois, qui a justifié tout le talent sportif qu'on lui connait à l'occasion de son 100m au port d'Evian (il me semble plus à l'aise des chaussures aux pieds que sur des skis !)

A demain...

17 commentaires

lun.

18

janv.

2016

Rois et Reines des neiges

Ce n’est pas que nous en avions assez de voir tomber la neige, mais ce matin nous avons pu skier sous un beau soleil, ceci rendant les paysages encore plus merveilleux.

Observez plutôt la teinte du ciel au lever du soleil derrière le clocher de l’église, notre voisine. Sur la deuxième photo, la vue du haut de Crêt Béni où nous skions (dans la vallée, le village de La Chapelle d'Abondance).


Après les photos d'avant hier, les élèves vous invitent à profiter de la beauté des paysages, aujourd'hui, en vidéo (caméra embarquée par Anny sur la piste des Oursons).

Les élèves ne cessent de progresser. Ceux qui se croyaient fâchés avec le ski au bout de deux jours avaient ce matin, au terme de la séance, le sourire. Tous s’amusent !

Anny en a donc profité pour les immortaliser dans des postures qui ne pourront rester coincées dans un ordinateur, mais devront au contraire obligatoirement venir garnir cheminées et autres buffets dans vos maisons dans les prochaines semaines, au regard du talent de photographe de notre Reine des Neiges.

Au grand dam certainement des anciens élèves, rois du bêtisier il y a deux ans, et qui, je le vois à travers les commentaires, suivent nos aventures nombreux, je peine à trouver quelques vidéos rigolotes de chutes pour alimenter le blog. Ah si pardon, j’en ai une, mais ce sont des adultes donc sans intérêt non ? C’est peut-être moins drôle… S’il reste un petit peu de place, peut-être la verrez-vous à la fin de l’article.

Après le repas de midi, la journée s'est poursuivie par le ''jeu de la montagne'' au sein d’une des classes misent à notre disposition au chalet. Créé de toutes pièces et animé par Patrick (souvenez-vous le conteur de vendredi), il a permis aux enfants, divisés en quatre équipes, de découvrir en détails la faune et la flore de la montagne.

Pour ce faire, rien de plus ludique qu'un plateau de jeu, un dé dont certaines faces mettent simultanément au défi les quatre équipes, et des vignettes représentant les plantes, les arbres, les mammifères, les oiseaux... Chaque vignette vient se placer sur le plateau par-dessus une case définissant l'élément découvert.

En guise de conclusion à ce travail, Patrick nous a proposé un '’blind test’’ des bruits d’animaux de la montagne; l’occasion pour les élèves de lui montrer que le milieu rural est aussi leur univers et qu’on ne peut pas les prendre à défaut quand il s’agit de différencier le cri de la buse de celui de la marmotte!

En fin d'après-midi, nous nous sommes rendus à Châtel. Cette visite permettait aux enfants d'apprécier une station à dimension beaucoup plus imposante que celle de La Chapelle d'Abondance.

La visite ''quartier libre'' s'est faite en petits groupes de 4, chaque groupe, guidé par un parent. Durant leur promenade, beaucoup, après avoir fait les yeux doux aux commerçants, ont pu déguster du saucisson ou du fromage.

En prolongement de ces dégustations, nous avons été accueillis à notre retour à l'hébergement par une délicieuse odeur de tartiflette. Nous commençons à nous demander si cette menace d'aubergines grillées n'est pas une histoire montée de toutes pièces par nos aînés skieurs de 2014 !?!...

En conclusion du repas, Anny a joué la factrice auprès d'élèves toujours impatients de savoir si les enveloppes posées sur la table des enseignants leur sont destinées.


Bon, il me reste un petit peu de place, pourquoi ne pas mettre la vidéo dont je parlais tout à l’heure finalement ?

En me promenant sur la piste pour débutants des oursons, je suis tombé par hasard sur deux employés de la commune de Plomodiern, en grosse difficulté dans un fossé. Ils n’étaient pas en train de réparer le réseau d’eau qui aurait souffert du froid pendant la nuit, mais plutôt en train de se battre avec la neige qu’ils étaient venus voir d’un peu trop près, oubliant de rester sur la piste. Quelle drôle d’idée il faut dire d’aller skier parmi les arbres quand les pistes sont parfaitement dégagées et damées !

A demain,

pour le compte-rendu de notre viste en Suisse...

14 commentaires

dim.

17

janv.

2016

Tombe la neige

C’est sous le même décor que la veille que les élèves ont ouvert les yeux ce matin.

Nous avons débuté la journée en disant au revoir à Clara et sa maman qui nous ont accompagnés au début du séjour avant de reprendre la direction de la Bretagne.

Avant de gagner les pistes, les élèves doivent chaque matin passer par le vestiaire afin de se chausser en skieurs. Là, un commando de parents est à leur entière disponibilité pour les y aider.

Sur les pistes, les apprentissages se poursuivent. Le groupe de Joris a pour la première fois emprunté le télésiège, celui de Marie a appris à prendre de la vitesse et celui d’Hervé (le moniteur), enfin, a découvert les pistes rouges (’’sans trop le savoir’’ d’après Marina qui accompagnait le groupe et ne s’était pas préparée à affronter des pentes plus relevées!)

Les conditions de forte neige ont rendu compliquée la pratique du ski. Demain le ciel bleu revient nous saluer, et le talent grandissant, tout le monde devrait prendre du plaisir, à condition d’être vigilant à la sortie du télésiège...

Cette après-midi, nous avions une sortie raquette de prévue. Le rendez-vous n’étant fixé qu’à 15h00, nous avons poursuivi la rédaction de nos cartes postales. L’occasion pour Anny d’apporter l’aide de sa plume aux moins inspirés qui racontent que ’’le voyage en car était très long et que les douches ne fonctionnaient pas’’, oubliant tout bonnement de parler du ski ! Surveillez vos boites aux lettres…

En milieu d’après-midi donc, nous avons regagné le pied des pistes pour un départ en direction des hauteurs équipés de raquettes. La balade au cœur des épicéas et autres sapins a été l’occasion pour les élèves de recevoir des enseignements enrichissants sur les différences entre les deux versants entourant la vallée, sur les conditions de survie en montagne, les causes des avalanches ou encore la faune locale. Le décor blanc immaculé en raison de la quantité de neige tombée depuis hier donnait à la promenade un charme sans comparaison possible.

Après ce cours magistral, la récré! Les moniteurs ont proposé aux petits et aux grands de dévaler une pente à toute vitesse. Le problème est que courir dans 60 cm de neige entraîne irrémédiablement la chute. Certains se sont vite transformés en yétis.

L’aventure d’une après-midi s’est conclue par un exercice de secourisme très attendu par les élèves, au parfum de ce qu’avaient expérimenté leurs ainés, il y a deux ans, à l’occasion de ce temps fort du séjour.

C’est Lucas, enseveli sous 60 cm de neige, comme peuvent l’être des victimes d’avalanches, qu’il a fallu secourir. Les moniteurs l’avaient préalablement équipé d’un émetteur permettant de retrouver sa trace. Alice est venue à sa rescousse à l’aide d’un appareil sonore de recherche, accompagnée d’Eryn équipée, elle, d’une sonde.

Guidée par sa machine, Alice est parvenue à repérer Lucas, sauvé de sa prison enneigée.

A demain...

17 commentaires

sam.

16

janv.

2016

De l'or blanc en Abondance

Comme la météo de la fin de journée d'hier nous le laissait espérer, nous nous sommes réveillés devant un paysage grandiose, entièrement maquillé de blanc.

Depuis 6 heures du matin, quelques impatients (ou sensibles au bruit) entendaient depuis leur lit la douce sonorité des dameuses, déjà en action en face de l'hébergement.

Malgré leur efforts, la neige tombant sans cesse déposait à nouveau au pied des pistes une couche de poudreuse dans laquelle tout le monde prenait plaisir à traîner les pieds en direction du local où sont stockés les skis.


Une fois équipés, les élèves ont retrouvé avec plaisir leurs différents moniteurs. Les nouveaux apprentissages se sont multipliés, certains prenant le télésiège pour la première fois, d'autres empruntant le tire-fesses jusqu'à son terme, ou montant d'un grade dans la hiérarchie des pistes, passant d'une verte (''trop facile'') à une bleue (''trop facile aussi''). 


Yannick, qui découvre le ski, progresse à vitesse grand V. La technique de sortie du télésiège reste toutefois à revoir...

Pour faire profitez les lecteurs de ce blog de la beauté des paysages enneigés, voici un diaporama qui nous fait regretter de ne pas voir le Menez-Hom plus souvent habillé en blanc...

En début d’après-midi, nous sommes allés visiter la fabrication de fromages de M. Mouthon. Voici, grâce aux informations distillés avec humour par notre hôte, et à ce que les enfants ont pu observer de sa réalisation en direct, leur compte-rendu quant aux étapes de fabrication du fromage abondance que beaucoup auront la joie de gouter à notre retour (pour nous, c’est au menu tous les jours!)

M. Mouthon récupère le lait des vaches de race abondance (d’où le nom) à 38°. Il y ajoute, dans un chaudron, de la présure qui va accélérer le caillage. Après plusieurs opérations (tranche caillé, récupération du caillage avec l’étamine, dépose dans un moule de taille variable et passage sous le pressoir afin de donner sa forme et de la densité au fromage) et 100 jours d’affinage, son fromage est prêt à être consommé.

Entre deux dégustations des fromages produits par notre hôte, ce dernier a fait preuve d'une pédagogie sans nom pour expliquer le principe de transhumance, par exemple, avec un sérieux qui l'a abandonné au moment de faire réfléchir les élèves sur le petit détail qui différencie le taureau du bœuf...

A notre retour de l'exploitation de M. Mouthon, nous avons poursuivi la rédaction de nos cartes postales. Les premières devraient arriver rapidement en Bretagne. Surveillez vos boites aux lettres!

 

Nous sommes ensuite ressortis à la nuit tombée pour assister à la messe de 18h, en face de notre hébergement.

Le prêtre nouvellement arrivé dans la paroisse a demandé à ses fidèles d'associer Josée à leurs prières. Son portrait a été déposé à proximité de l'autel durant la messe. Cela était, d'une manière détournée, un moyen d'être parmi nous à La Chapelle d'Abondance, pour elle qui m'avait dit la même chose au retour de nos deux classes de neige communes en 2012 et 2014 quand je lui donnais rendez-vous deux ans plus tard: ''Si ça ne te pose pas de problèmes, je veux bien repartir...''

Au retour à l'hébergement, les cuisines se sont mises au diapason de la météo en nous proposant le plat typique par excellence: la raclette. Le personnel de maison et les mamans se sont mis totalement à notre service: quel délice !

Enfin, avant de rejoindre les chambres pour une nuit en mode ''marmottes'' (en effet, la raclette de ce soir, combinée à la choucroute de ce midi, devrait nous aider à bien dormir...) certains ont eu le loisir d'ouvrir les premiers courriers arrivés à l'hébergement.

A demain...

22 commentaires

ven.

15

janv.

2016

Le ciel (bleu), le soleil et... la neige

Les élèves se sont réveillés sous un beau ciel bleu ce matin.

Quoi de mieux pour s'essayer à une première leçon de ski ? Les combinaisons enfilées avec envie, les chaussures enfilées dans la pagaille du premier jour de pratique, les apprentis skieurs ont rallié tant bien que mal le bas des pistes à 9h30 pour une première rencontre avec leurs moniteurs.

Les présentations faites, les cours ont débuté par une remise à niveau des élèves ayant déjà pratiqué le ski, et par la découverte du matériel puis de notions essentielles du principe de la glisse (vite acquises, voir vidéo) pour les débutants jeunes ou moins jeunes.

Par la suite, ceux qui ont déjà skié ont eu la chance d'emprunter dès aujourd'hui le télésiège pour prendre un peu de hauteur puis redescendre par la mondialement connue ''piste des Oursons''.

Quant aux autres élèves répartis en deux groupes, le tire-fesses fut pour eux une découverte ''rigolote''.

Quelques chutes, très peu de larmes et une forte envie d'être déjà à demain matin sont le résumé de cette séance. Voici les premières impressions des élèves:

J’ai aimé la piste de l’Ourson. (Maxime)

J’ai aimé apprendre à skier. (Morgane)

J’ai aimé prendre le tire-fesses. (Eryn)

J’ai aimé la beauté du paysage. (Daïna)

J’ai aimé le tire-fesses car je trouvais rigolo d’aller vite. (Eloïse)

J’ai aimé emprunter le tire-fesses. (Lise-Anne)

J’ai aimé prendre le tire-fesses. (Maéva)

J’ai aimé reprendre le ski. (Moana)

J’ai aimé skier. (Glwadys)

J’ai aimé skier sur la piste de l’Ourson. (Lucie)

J’ai aimé prendre le tire-fesses car ça allait vite. (Nolan)

J’ai aimé le tire-fesses qui nous faisait aller vite. (Ewen)

J’ai aimé skier car c’était génial. (Mathéo)

J’ai aimé skier. (Laurène) 

J’ai aimé faire un sport différent de ce qu’on a l’habitude de faire en Bretagne. (Mathilde)

J’ai bien aimé la marche avec les chaussures de ski car cela m’a rappelé de bons souvenirs de quand j’étais petite. (Jade)

J’ai aimé prendre le tire-fesses car ça allait vite. (Alycia)

J’ai aimé revoir les bases puis ensuite descendre la piste de l’Ourson. (Maïlys)

J’ai bien aimé le tire-fesses car ça glisse en montant. (Estelle)

J’ai aimé prendre le tire-fesses car ça allait vite. (Lilou)

J’ai aimé descendre la piste sur des skis. (Mariella)

J’ai aimé le tire-fesses car c’était marrant. (Lyna)

J’ai aimé faire les descentes sur des skis. (Lucas)

J’ai aimé faire du ski car ça glissait bien. (Mathieu)

J’ai aimé le tire-fesses car on monte sans efforts. (Elouan)

J’ai aimé apprendre les bases du ski. (Elouan)

J’ai aimé prendre des virages. (Ambre)

J’ai aimé faire du ski car cela m’a rappelé des souvenirs. (Lia)

J’ai aimé prendre la piste de l’Ourson car elle allait vite. (Morgann)

J’ai aimé skier très vite en faisant une longue descente: la piste de l’Ourson. (Riwan)

J’ai aimé skier pour la première fois. (Gaëtan)

J’ai aimé apprendre à skier. (Alice)

L'après-midi nous avons troqué les chaussures de ski pour les après-ski, très pressés de savoir ce qui se cachait derrière les ''jeux dans la neige'', annoncés par l'emploi du temps.

Les élèves ont expérimenté la luge en sac poubelle.

Le soleil qui nous accompagnait depuis le début de la journée nous a joué quelques tours, rendant la neige un peu ''souple'' ce qui freina l’accélération et notre élan.

Il a donc fallu s'adapter; chacun y est allé de sa proposition, démonstration à l'appui: en avant assis jambes levées, en arrière avec la même technique, sur le ventre, sur les genoux vers l'avant ou vers l'arrière, sur le dos... Malgré le manque de glisse, la bonne humeur était encore très présente.

Les élèves ne furent pas rancuniers envers le soleil. Cela aurait été malvenu de la part des jeunes bretons de reprocher sa présence! Leur bon esprit fut récompensé en fin d'après-midi lorsque le temps changea brusquement lors des premiers temps de compte-rendu avec Hervé, et de rédaction des cartes postales avec Marina, accompagnée d'Anny.

En effet la neige se mit à tomber de plus belle, nous assurant de bonnes conditions de pistes pour les cours de demain matin.


Cette journée mi-figue mi-raisin s'est conclue à la lumière de trois bougies allumées par Patrick le conteur, venu à la résidence nous proposer quatre contes avec pour univers la montagne, accompagné de sa marmotte Miou-Miou, restée cachée un long moment dans le sac de Patrick avant de sortir saluer les élèves, malgré la présence de doudous requin, léopard, chien ou zèbre dans la salle.

A demain...

12 commentaires

jeu.

14

janv.

2016

Un début de voyage plein de péripéties...

Hier soir, mercredi 13 janvier, les élèves ont quitté Plomodiern sous une forte pluie qui nous a accompagnés jusqu'à La Roche Bernard, lieu de notre première pause.

Thierry, qui nous conduisait jusqu'à Tours avant d'être relayé par JR, décrétait en l'absence de pluie une pause de 3/4 d'heure, obligatoire pour les chauffeurs sur une plage de conduite maximale de 4 heures.

Au moment de reprendre la route, les enseignants, soucieux de protéger les élèves de toute maladie qui pourrait contrarier leur séjour en Haute-Savoie, leur administraient à la remontée dans le car l'indispensable ''gel hydroalcoolique''.

C'était sans penser que les cars possèdent depuis peu un démarrage conditionné par un taux d'alcoolémie du chauffeur inférieur au taux autorisé (soit inférieur ou égal à 0,10 mg par litre de concentration d'alcool dans l'air expiré.)

Je rassure les parents, le sérieux de la société de transports Feillant n'est pas à remettre en cause. Simplement les émanations d'éthanol contenu dans le flacon, durant l'application du produit ont suffi à contrarier l'éthylotest avant même que Thierry ait pu y souffler.

Nous nous retrouvions donc bloqués sur l'aire de repos de La Roche Bernard pour une demi heure supplémentaire, délai obligatoire avant que Thierry ne puisse souffler, non pas à nouveau, mais une première fois dans l'éthylotest pour démarrer notre véhicule.

Après une nuit, jamais facile dans un car, les élèves se réveillaient émerveillés par les flocons déjà présents aux abords de Bourg-en-Bresse, où nous nous sommes arrêtés prendre le petit-déjeuner.


Très présente, la neige a d'ailleurs surpris les services techniques car une seule voie était praticable sur l'autoroute ralentissant notre progression vers les Alpes.

Tous devaient prendre leur mal en patience, s'occupant pour les plus grands par des parties de cartes, pour les plus jeunes par la lecture, les jeux divers et le chant (mais pas - encore - la Reine des Neiges). Les élèves ont aussi pu se consoler en assistant depuis leurs sièges au bal des dameuses et des saleuses, très présentes.


Le convoi chaotique est enfin arrivé à La Chapelle d'Abondance vers 12h40. Les élèves ont patienté quelque peu dans le car, sous l'animation de Yannick pendant qu'Hervé et Marina prenaient possession des lieux et que les parents vidaient les soutes du car.

Après un repas vite avalé, tout le monde a pu gagner sa chambre, choisir ''son'' lit et installer ses affaires dans une armoire qu'il fallait souvent partager!

Puis tout le monde a enfilé sa combinaison pour aller découvrir ce qu'au fond nous avions enfin mérité de pouvoir toucher après toutes ces aventures: LA NEIGE.

Nous sommes descendus jusqu'aux pistes pour repérer les lieux de nos prochains exploits avant (délivrance...) de faire des batailles de boules de neige, d'être autorisés à s'y rouler ou encore de fabriquer nos premiers bonhommes de neige.

Difficile de savoir si ce sont les enfants ou les adultes qui ''le plus ont eu du goût'' comme on dit en Bretagne, à en juger cette vidéo...

Pas de blessés, que des sourires: fin des péripéties? Pas tout à fait! Après avoir emprunté leur matériel, l'avoir transporté et déposé dans un local au pied des pistes, être rentrés en quatrième vitesse mettre leurs combinaisons à sécher pour le lendemain et avoir avalé leur dîner, pressés par 180 collégiens belges sur le départ qui attendaient leur tour (une fois), les élèves ne rêvaient que d'une chose: non pas de manger des bonbons, mais d'une bonne douche chaude... Malheureusement pas d'eau à notre étage ! Ouf la panne fut vite rétablie, nous permettant de profiter d'eau tiède pour les plus chanceux, un peu froide pour d'autres.

Au moment où j'écris ces lignes, beaucoup rêvent déjà de leurs premières descentes.

Rendez-vous demain.

 

Je conclus ce compte-rendu en ayant une très forte pensée pour Josée, partagée par beaucoup ici.

32 commentaires